Un braconnier ougandais responsable du meurtre du gorille Rafiki condamné à 11 ans de prison

Print Friendly, PDF & Email

En juin 2020, un des derniers gorilles de montagne à dos argenté tué Ouganda. L’homme jugé coupable de sa mort vient d’être condamné à 11 ans de prison, ce  jeudi 30 juillet.

Dans le Parc Natio­­nal Bwindi Impe­­ne­­trable, en Ouganda, Rafiki était âge de 25 ans responsable d’une famille de 17 gorilles de montagne, une espèce qui ne compte plus qu’un millier d’in­di­vi­dus dans le monde. Il a disparu le 1er juin et a été retrouvé mort le lendemain, tué avec un objet tranchant.

Quatre hommes ont été arrê­tés. L’un d’eux, Felix Byamu­kama, a reconnu avoir tué le gorille en prétex­tant qu’il avait agi pour se défendre. Mais du maté­riel de chasse et de la viande de brousse illé­gale ont été retrou­vés chez lui. Il a fina­le­ment plaidé coupable et a été condamné à 11 ans de prison pour sa respon­sa­bi­lité dans la mort d’une anti­lope, d’un cochon de brousse et de Rafiki.

Selon les auto­ri­tés du parc natio­­nal Bwindi Impe­­ne­­trable, Rafiki n’a jamais mani­festé d’hos­ti­lité contre les humains. Sa mort pour­rait désta­bi­li­ser le groupe dont il assu­rait la direc­tion. « Justice a été rendue à Rafiki », a déclaré le direc­teur de l’ Uganda Wild­­life Autho­­rity (UWA) Sam Mwandha. « Cela devrait servir d’exemple pour les autres personnes qui tuent des animaux sauvages. » Les trois suspects arrê­tés avec Felix Byamu­kama sont toujours déte­nus en atten­dant leur procès.

Please follow and like us:
0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.