Projet de Promotion de bonnes pratiques d’alimentation du nourrisson et du jeune enfant dans la ZS BUTEMBO Aires de Santé de KATSYA et de MONDO

Print Friendly, PDF & Email

La malnutrition étant un état pathologique causé par la déficience ou l’excès d’un ou plusieurs nutriments essentiels à la croissance normale et au bon fonctionnement de l’organisme. La malnutrition Chronique s’installe tôt dans les 1000 premiers jours dès la conception et est moins visible avec des effets irréversibles : Elle est responsable du retard du développement cérébral et réduit le Quotient Intellectuel  de 5-11 points, Elle augmente de 16% le risque d’échouer au moins une fois à l’école , Une baisse de 1% de la taille = 1,4% de perte de productivité et 4% de baisse du revenu,  La malnutrition contribue à une réduction du PIB d’environ 2%-3%, Le retard de croissance compromet la productivité à l’âge adulte,  En RDC, la malnutrition est responsable à 45% de la mortalité infantile, Le risque de mortalité pour un enfant souffrant de malnutrition aiguë est 4 à 9 fois plus élevé que pour un enfant non malnutri. Une fois l’enfant la malnutrition n’est pas bien soigne dans les 1000 premiers jours donc de 0 à 59 mois, la vie est raté, et il n’ya plus de solution à envisager.

La malnutrition reste préoccupant en RDC (Plan National de Développement Sanitaire recadré pour la période 2019-2022 : Vers la couverture sanitaire universelle, p 18).  Plus de 2 enfants de moins de 5 ans sur cinq (43%) souffrent de malnutrition chronique ou d’un retard de croissance, dont 23% sous la forme sévère. Le Nord-Kivu fait partie des provinces les plus affectées avec des prévalences plus ou moins à 45% de retard de croissance chez les enfants de moins de 5 ans depuis 15 ans.

La malnutrition constitue grand défi de santé publique accentué par situation économique déplorable et différents conflits armés, guerres, calamités naturelles et épidémies telles que du choléra, Ebola, COVID-19… dans plusieurs ZS dont celle de Butembo.

La malnutrition affecte négativement la situation nutritionnelle des enfants, des femmes enceintes et des femmes allaitantes. Elle paralyse les enfants, les rend plus vulnérables aux maladies, affaiblit leur intellect, diminue leurs motivations et leur productivité. La majorité de populations qui vivraient de l’agriculture ne sait plus vaquer à ses activités agricoles ce qui entraîne une insuffisance alimentaire dans les ménages, beaucoup de cas de malnutrition sévère, des ruptures intempestives des intrants nutritionnels, insuffisance de prise en charge des cas sévère de malnutrition dans les communautés…

Face à cette problématique, le BCZS Butembo collabore avec l’ONG CEPED avec l’appui de l’UNICEF exécutent le projet de « Promotion de bonnes pratiques d’alimentation du nourrisson et du jeune enfant dans les Aires de Santé de KATSYA et de MONDO » pour renforcer les mesures de résilience communautaires afin d’asseoir les stratégies de nutrition à assise communautaire visant à promouvoir les bonnes pratiques alimentaires du nourrisson et du jeune enfant, des femmes enceintes et allaitantes, ainsi que le dépistage précoce de cas de malnutrition au sein des communautés/AS Katsya et de Mondo.

En vue de renforcer les capacités des équipes des aires de santé et de l’équipe de CEPED en vue d’une compréhension commune, les rôles de chaque facilitateur dans la mise en œuvre de ce projet. Un renforcement de capacités des équipes des aires de sante Katsya et Mondo et l’équipe de CEPED a été organisé à travers une rencontre de deux jours tenue du 18 au 19/12/2020 dans la salle de CPN du Centre de Sante Katsya. Ce projet vise à optimiser l’approche NAC (Nutrition à Assise Communautaire) qui est constituée d’ensemble d’actions visant à prévenir les diverses formes de malnutrition dans la communauté (village, quartier), Il met en exergue la connaissance endogène et utilise les ressources locales. Elle est basée sur les structures de participation communautaire et de l’appropriation des pratiques adéquates de l’alimentation de Nourrisson et du jeune Enfant (ANJE) et les autres PFE, en mettant un accent particulier sur la fenêtre d’opportunité des 1000 premiers jours.

Please follow and like us:
0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.